Concerts Itinérants En la chapelle absidiale de la cathédrale de Metz

En la chapelle absidiale de la cathédrale de Metz

En la chapelle absidiale de la cathédrale de Metz

Mercredi 25 mai 2011 20:30-22:30

 

 

E

ntrée libre. Réservation obligatoire auprès de Robert Féry, rob.fery@orange.fr / 06 81 12 05 87

Invité par l’association "Chemins d’art et de foi en Moselle", le Salon de Musique interprétera mercredi 25 mai 2011 en la chapelle absidiale de la cathédrale de Metz, à 20h30, le "Quatuor pour la fin du temps" d’Olivier Messiaen.

Près de vingt ans après sa mort, Olivier Messiaen demeure une figure à découvrir. Le Quatuor pour la fin du temps, œuvre phare du répertoire de musique de chambre, est emblématique de l’œuvre de ce géant de l’histoire de la musique.

On y retrouve toutes les sources de son génie : contemplation de la nature, chants d’oiseaux ("mes maîtres"), invention rythmique, couleurs de l’arc-en-ciel, le tout baigné dans une foi catholique vécue, lui conférant une hauteur et une émotion sans égales.

Les circonstances étonnantes de la genèse de ce chef-d’oeuvre, commencé près de Nancy en camp de transit et créé au stalag de Görlitz en janvier 1941, témoignent de la liberté intérieure hors du commun de ce compositeur, de son émerveillement permanent devant la Création et du flux ininterrompu d’une inspiration constamment tournée vers l’Au-delà.

C’est donc avec grand plaisir que nous vous retrouverons à la cathédrale de Metz le 25 mai, en attendant le prochain Concert Itinérant au château de Clémery les 27 et 28 juin.

Le Salon de Musique

Clarinette : Jérôme Schmitt ; violon : Nathalie Shaw ; piano : David Violi ; Violoncelle : Philippe Baudry.

"Cette œuvre (le Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen), terriblement exigeante pour les solistes, met à nu leurs capacités techniques : Philippe Baudry (violoncelle), David Violi (piano), Nathalie Shaw (violon), Jérôme Schmitt (clarinette) ont non seulement surmonté avec brio les difficultés de l’écriture musicale mais ils ont surtout communié dans une même ferveur interprétative. Elle ne pouvait qu’emporter l’adhésion du public nombreux qui se pressait dans la chapelle absidiale de la cathédrale ce soir-là." [Danielle Pister - CERCLE LYRIQUE DE METZ]